La Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées et la Fibromyalgie

En cette semaine européenne pour l’emploi des Personnes Handicapées je voulais donc parler de la vie professionnelle d’une personne fibromyalgique.

En tant que fibromyalgique c’est bien sûr un contexte que je connais bien. Mais chacun aura bien sûr eu une expérience différente. Alors comment réagir en tant que malade ? Faut-il en parler ? Comment l’expliquer ? Comment se faire aider ?

Autant de questions auxquelles je vais tenter de répondre avec mon expérience personnelle à travers plusieurs articles. Aujourd’hui focalisons nous sur la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées.

La Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH) :

Qu’est ce que c’est ?

Du 18 au 24 Novembre 2019 c’est donc la SEEPH. Le sujet de l’emploi est encore plus délicat dans le cas des personnes handicapées.

En effet, la population active française atteint aujourd’hui un seuil de 9% de chômage. Ce qui est déjà énorme. Mais dans le cas des personnes handicapées nous en sommes à plus du double avec 19% de taux de chômage, soit plus de 500 000 personnes.

La recherche d’emploi pour les personnes handicapées étant encore plus spécifique et complexe que pour le chômeur « lambda » (ne voir dans mon terme aucune offense, je me suis retrouvée dans les 2 cas !) cette semaine de l’emploi a été créée.

Logo SEEPH

Logo de la SEEPH

Au programme rencontres entre entreprises, politiques, associations, société civile et demandeurs d’emploi en situation de handicap. Vous trouverez tous les détails sur cette page de l’ADAPT et le site semaine emploi handicap.

Et plus en détails cela donne quoi ?

Bon au premier abord je me suis dit encore une semaine où l’on va parler et pas grand chose ne va ressortir. Je fais ma mauvaise langue. J’ai testé d’autres dispositifs qui n’ont pas abouti pour moi, j’en reparlerai, alors j’ai peut-être un peu de ressentiment. Allez haut les cœurs !

En lisant plus en détails j’ai vu qu’il y avait des rencontres pour pouvoir donner la parole justement aux demandeurs d’emploi en situation de handicap.

De plus les thèmes abordés sont :

  • le handicap invisible : avec la fibromyalgie c’est bon √ 
  • les femmes : jusqu’à preuve du contraire c’est ok
  • l’Europe : on est en France donc là c’était facile  
Infographie sur le handicap invisible

Dans 4 cas sur 5 le handicap est invisible, de quoi faire réfléchir !

Alors au concret cela donne quoi.

Je me suis précipitée sur la liste des événements de mon département et là déception : rien. 

Bon peut-être que c’est vraiment pas de bol et qu’il y a des événements intéressants ailleurs.

Allez petit tour d’horizon des événements par région mis en avant sur le site. Je les découperais en deux catégories :

  • de la sensibilisation  formelle (forums, tables rondes, conférences) et informelle (événements culturels tels que théâtre, flash-mob, ateliers lego, film…)
Photos  de deux femmes confrontée au handicap visuel

Se confronter au handicap visuel, une forme de sensibilisation

  • des rencontres de personnes handicapées et d‘entreprises à travers :
    • du porte à porte en entreprise 
    • des lieux de rencontres entre entreprises et travailleurs handicapés
Entretien avec une personne en situation de handicap

Lors de la SEEPH des rencontres seront organisées entre entreprises et demandeurs d‘emploi en situation de handicap

Sensibilisation :

Alors je ne dis pas qu’il n’en faut pas mais pour moi ce n’était pas ce type d’événements auxquels je m’attendais. Je sais qu’il faudra toujours de la sensibilisation pour faire évoluer les mentalités mais dans mon esprit cette semaine était là pour dresser une liste d’actions concrètes.

De mon point de vue les actions formelles seront plus à destination des élus, dirigeants… et les actions informelles vers le public.

Photo de Legos avec une personne en fauteuil roulant

Représenter le handicap grâce à des Legos, une façon de faire évoluer les mentalités

Néanmoins les exemples de sensibilisation informelle permettent également aux personnes handicapées de parler de leur handicap de manière plus légère et ça c’est un vrai plus.

Du porte à porte en entreprise :

Ils sont appelés HANDI’MOUV’EMPLOI©.

Le but est d’aller directement voir les entreprises, de se présenter en tant que travailleur handicapé et de récupérer directement les besoins des employeurs.

C’est une méthode qui est également utilisée par Pôle Emploi. Elle m’avait été proposée par ma conseillère. Un petit groupe est constitué afin de connaître les profils et recherches de chacun. Puis les besoins des entreprises sont partagés entre tous.

Apparemment c’est une technique qui fonctionne. De mon côté je ne l’ai pas testé car ma recherche n’est pas géographique. Je ne me limite aux entreprises juste à côté de chez moi. Mais j’ai d’autres contraintes à prendre en compte. 

Dans ce cadre j’ai cependant participé au Duoday. C’est une journée où le demandeur d’emploi en situation de handicap se rend dans une entreprise afin de tester un poste durant une journée entière.

Photo de femmes travaillant ensemble

Pendant une journée, à la découverte d‘un poste de travail

Ne pouvant pas tester une journée entière en termes de fatigabilité et la société n’étant pas disponible le jour précis de l’événement nous avons simplement organisé une entrevue. 

Bilan des courses : très sympa, très intéressé, beaucoup d’échanges même par la suite afin de proposer concrètement mes services. Mais dès que l’on pose clairement les limites liées à la pathologie ben… plus personne.

Des lieux de rencontres entre entreprises et travailleurs handicapés :

Des lieux spécifiques et conviviaux afin de faire se rencontrer plus facilement entreprises et demandeurs d’emploi en situation de handicap. Ces lieux sont appelés des HANDICAFÉ©. 

Photos de collègues prenant le café

Les Handicafés, des lieux pour favoriser l’échange entre entreprises et personnes en situation de handicap

Cela permet des prises de contact plus décomplexées et un accès à des offres d’emploi estampillées « porteur de handicap ». 

C’est un concept éphémère. Il est créé pour une date précis dans une ville en particulier.

Ce que j’en retiens :

De la sensibilisation, des rencontres, des lieux d’échange… ce sont des événements que j’ai déjà vu, déjà testés, mais qui ne fonctionnent pas pour moi.

Peut-être que pour vous cela sera la solution, je vous le souhaite. D’ailleurs cela fonctionne, les chiffres sont assez bons en termes de nombre d’échanges générés, d’entretiens réalisés, de postes pourvus… Ah non ça on ne sait pas. 

Vous me direz c’est déjà bien de décloisonner entre le monde du travail et le monde des personnes handicapées mais moi j’en attends plus. J’en demande peut-être trop.

Ce qui m’a manqué :

Un espace d’expression !

Photo d'une réunion

J’aurais souhaité un espace consultatif virtuel

Il n’y avait pas d’événements dans mon département et pas sûr que j’aurais pu m’y rendre. Je ne pense pas être la seule avec des difficultés de déplacement et n’habitant pas dans une grande ville.

Pour moi mettre en relation ces deux mondes ne suffit pas. Il faut prendre en considération les besoins et les limites de chacun. Et cela ne peut pas se faire simplement dans des entretiens entre deux parties. Je pense qu’il y a des sujets génériques dont il faudrait parler et pour lesquels des solutions générales pourraient être mises en place.

L’ADAPT a été créé il y a près de 90 ans par Suzanne Fouché en collectant auprès des personnes handicapées leurs doléances. Alors pourquoi ne pas continuer ? Pourquoi ne pas demander aux personnes handicapées ce dont elles ont besoin ? Je pense que les besoins ont évolué depuis 1929 !

Quelques mots sur l’ADAPT :

En m’intéressant à cet événement je me suis penchée un peu plus sur l’ADAPT, l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées.

Toutes les informations détaillées sont sur leur site l’ADAPT.

Mais voici en quelques mots ce qui m’a interpellé dans le cadre de l’emploi.

Le projet de l’ADAPT est décliné en valeurs, missions, orientations stratégiques et actions.

Dans le cadre de l’emploi, la mission d’ « Insérer socialement et professionnellement les personnes en situation de handicap » est notre sujet du jour, développé par l’action : Accompagner dans la durée, en entreprise, la personne handicapée ou fragilisée.

L’emploi accompagné :

Cette action s’appuie sur l’emploi accompagné. C’est un dispositif que je ne connaissais pas et qui permet « aux personnes handicapées et/ou fragilisées d’obtenir et de garder un emploi rémunéré sur le marché du travail. »

Un peu plus de 400 demandeurs d’emploi sont accompagnés chaque année par les quelques 300 bénévoles de l’association.

Deux jeunes femmes travaillant ensemble

L’emploi accompagné, une solution pour trouver et maintenir son emploi

En comparaison des 500 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap cela peut paraître peu, moins d’1 pour 1000. Mais tout le monde n’a pas besoin de cet accompagnement, il y a des pré-requis pour y prétendre, et le nombre d’accompagnés dépend également du nombre d’accompagnants qui sont des bénévoles.

Les offres d’emploi des partenaires de l’ADAPT :

J’ai déjà consulté et postulé via de nombreuses plateformes d’emploi pour personnes handicapées du type Hello Handicap ou Talents Handicap.

Clairement j’ai arrêté, pour deux raisons principalement :

  • je n’arrivais pas à paramétrer ma recherche d’emploi correctement

Ces sites de recherche sont paramétrés comme les sites de recherche classique : localisation, fonction, secteur, type de contrat… Et clairement depuis ma nouvelle situation de travailleur handicapé ma recherche s’est modifié avec deux critères principaux : localisation = télé-travail et temps de travail = temps partiel. Hors impossible de rentrer ces critères.

Femme ayant des problèmes devant son écran d'ordinateur

Quel casse-tête pour rechercher un emploi en tant que travailleur handicapé

Et je me suis trouvée avec déception face à la même situation sur l’outil de l’ADAPT : Profil’Screening. Le seul site sur lequel j’ai pu remplir ces critères s’appelle Flexjob. Malheureusement ils ont peu d’offres dans mon domaine.

Et je suis sûre qu’il y a d’autres critères importants à prendre en compte pour aider tous les travailleurs handicapés que je n’ai pas cités ici.

  • je ne recevais pas de réponse à mes candidatures

Au départ face à la difficulté de ne pas pouvoir rechercher des offres correspondant à mes critères j’ai passé du temps à analyser beaucoup d’offres correspondant à mes compétences étendues. J’ai effectué des candidatures spontanées lorsque cela pouvait intéresser les entreprises en précisant mes contraintes (au début j’ai même essayé sans, je vous raconterai cela dans un autre article…). Et je n’ai jamais reçu de réponse.

Femme devant une montagne de papiers

Multiplier les candidatures n’a jamais abouti

Ah oui et une dernière raison. Au vu des entreprises présentes sur ces sites et du contenu des offres (il faut chercher l’adaptation à un quelconque handicap…) j’ai comme un doute qu’il y ait réellement une envie d’accueillir des travailleurs handicapés ou seulement un besoin de remplir les quotas.

Comme dirait Balavoine : « Qui pourra remplacer le besoin par l’envie ».

Conclusion :

La Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées, une initiative intéressante pour parler d’emploi et des personnes handicapées, pour faire des rencontres mais à mon sens qui manque d’actions.

J’ai moi même expérimenté quelques difficultés dans mon parcours professionnel dont je vous parlerai dans de prochains articles et je ne trouve pas dans ces actions de réponses. 

Néanmoins peut-être y a-t-il près de chez vous une pièce de théâtre organisée par l’ADAPT, un HANDI’MOUV’EMPLOI© ou un HANDICAFÉ© auquel vous pourriez participer. Consultez le site de la SEEPH.

Si c’est le cas n’hésitez pas, toute action est bonne à prendre et peut vous rapprocher de votre but : que cela soit une reprise d’activité, un maintien de votre activité dans votre entreprise ou une formation vers un nouvel emploi.

Et si vous êtes déjà dans l’emploi peut-être pourriez-vous devenir accompagnant pour aider les demandeurs d’emploi en devenant bénévole pour l’ADAPT ? Je trouve cette initiative très intéressante.

Moi je garde le cap et je mets en place d’autres actions qui me correspondent plus. Peut-être vous aideront-elles aussi ?

Si vous aussi vous souhaitez partager votre expérience et aider les autres personnes fibromyalgiques ou en recherche de réponse n’hésitez pas à me contacter via ma page Contact.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire