Pilates et Fibromyalgie

La fibromyalgie n’a aujourd’hui pas de traitement. Lorsque j’ai été diagnostiquée par mon médecin rhumatologue et qu’il m’a expliqué en quoi consistait cette maladie, la deuxième étape a donc été : « On fait quoi maintenant ? ». Quelques médicaments peuvent aider, un suivi psychologique aussi mais surtout un réentrainement à l’effort ? Qu’est-ce que cela veut dire et comment peut-on s’y prendre ? Le Pilates est une solution.

Qu’est ce que le Pilates ?

Un peu d’histoire :

La méthode Pilates a été créée par Joseph Pilates au début du vingtième siècle. Celui-ci souffrait de différents maux, notamment d’origine rhumatismale. Il n’avait donc pas ce que l’on peut appeler une santé de fer.

Afin de contrer les effets de ces différents maux, de les surpasser, il a pratiqué beaucoup de sport avec succès. Puis il a développé sa propre méthode en s’appuyant sur son expérience de sportif et ses études, notamment en anatomie.

Photo de Joseph Pilates en noir et blanc

Joseph Pilates est le fondateur de cette méthode du même nom

La méthode qu’il a développée, alors appelée « Contrologie », a consisté à environ 500 exercices au sol, assistés d’un équipement spécifique développé par lui-même. Lors de sa création, sa méthode n’a pas rencontré un franc succès. Il a fallu attendre plusieurs années avant qu’elle ne se développe.

En quoi consiste la méthode Pilates ?

D’après les sites de la Fédération française de la méthode pilates et Fibromyalgie Laval :

La méthode Pilates permet de développer tous les groupes musculaires, en profondeur, en associant répétition des mouvements et respiration.

Ainsi, notamment, la méthode Pilates :

  • Permet de lutter contre le stress, les tensions musculaires et articulaires,
  • Améliore la posture, l’équilibre et soulage les douleurs articulaires, lombalgiques et sciatiques.

A travers l’importance de la connexion corps-esprit, les principes fondateurs de la méthode sont :

  • Concentration
  • Respiration
  • Contrôle
  • Centre
  • Précision
  • Fluidité de mouvement
Infographie des 6 principes du pilates

Les 6 principes du pilates sont la base de cette méthode

Où peut-on pratiquer ?

Le pilates peut se pratiquer à l’extérieur, dans un club, une salle… ou chez soi.

A l’extérieur :

Le pilates est un sport comme un autre, il peut donc se pratiquer en groupe ou avec un coach privé.  Diverses structures accueillent aujourd’hui des cours de pilates :

  • club de sport,
  • cours de gym,
  • association sportives,
  • clubs de danse…
Photo d'un cours de pilates

Le pilates peut se pratiquer dans les clubs de sport

Le coût d’un cours est comparable à celui d’un cours de gym. Il sera bien sûr plus élevé si vous recourez à des cours particuliers avec un coach privé.

A la maison :

Pourquoi ?

Diverses raisons peuvent nous pousser à faire le choix de ne pas nous rendre dans un club mais de vouloir s’entraîner soi même à la maison :

  • éloignement : même si le pilates se développe de plus en plus (il y en a même maintenant dans le petit village de 600 habitants de mes beaux-parents !) il se peut qu’il n’y ait pas de cours à proximité de chez vous ou que vous n’ayez pas de moyen de locomotion pour vous y rendre ;
  • coût : suivre ces séances hebdomadaires a un coût, et en tant que fibromyalgique les difficultés financières sont bien là (peu de reconnaissance de la maladie, traitements alternatifs non remboursés, activité professionnelle réduite…) ;
  • temps nécessaire : se rendre sur le lieu du cours, faire le cours, se changer, revenir… tout cela prend du temps que vous n’avez pas forcément. Peut-être que 30 minutes par semaine est tout ce que vous pouvez y consacrer ;
  • choix personnel : certaines personnes n’aiment tout simplement pas se « mélanger aux autres » pour faire du sport, surtout si cela fait longtemps qu’elles n’en ont pas fait et qu’elles craignent d’être jugées.
Dessin d'une femme complexée par son ventre

Faire du sport en groupe n’est pas facile pour tout le monde – crédit photo : hysterik family

En tant que fibromyalgique, qui n’a jamais eu de remarque du genre « mais tu peux faire cela quand même ? » ou « tu n’as pas mal quand même tu as à peine levé le bras ».

Comment ?

Deux solutions existent alors pour pratiquer à la maison :

  • de même qu’à l’extérieur, avec un coach sportif ;
  • ou seul chez soi avec des supports : livres, DVDs, vidéos internet…

La dernière solution est sans aucun doute la moins coûteuse mais elle nécessitera néanmoins un minimum de matériel. Je ne parle pas bien sûr d’acheter tout le matériel développé par Joseph Pilates !

Photo de machines de pilates

Quelques machines développées par Joseph Pilates

Alors ne pas se laisser impressionner par la photo, c’est vrai que de là cela ressemble un peu à des instruments de torture.

A la maison, le matériel nécessaire minimum sera :

  • un tapis de sol type tapis de yoga antidérapant comme celui-ci ;
Tapis de pilates

Tapis antidérapant pouvant être utilisé pour le pilates

  • et un ballon, type ballon de grossesse, à choisir selon votre taille comme celui-là.
Photo de ballon de pilates

Ballon pouvant être utilisé pour le pilates

Il est tout de même à noter que pratiquer le Pilates seul chez soi sera compliqué si aucun cours n’a jamais été pris auparavant avec un professeur. Connaître les postures, ne pas se faire mal, sera difficile sans personne pour nous corriger.

Pourquoi est-ce adapté à la fibromyalgie ?

Un réentrainement à l’effort progressif :

Comme décrit plus haut, le réentrainement à l’effort est l’une des mesures phares du traitement de la fibromyalgie. Suivant l’état de santé de la personne lors de son diagnostic, le réentrainement à l’effort préconisé par le médecin va être différent. Vous ne pouvez pas courir un marathon dès demain si cela fait des mois que vous n’avez pas pratiqué de sport.

Photo d'une femme épuisée après un marathon

Le marathon ce n’est pas pour tout de suite !

Les douleurs que connaît la personne fibromyalgique vont entraîner celle-ci à faire de moins en moins d’efforts. A bouger de moins en moins :

  • prendre l’ascenseur au lieu de l’escalier,
  • se faire livrer ses courses,
  • passer du lit au fauteuil, du fauteuil au canapé, et du canapé au lit…

Mais c’est compréhensible ! Qui a envie d’avoir mal ? Personne. Le moindre mouvement devient alors difficile et douloureux. Cependant limiter peut à peu ses mouvements est un cercle vicieux. Il peut mener à ne plus pouvoir se déplacer du tout, de ne plus sortir de chez soi, s’isoler des autres.

Photo d'une femme seule dans sa chambre

Les douleurs, le manque d’activité peuvent amener la personne fibromyalgique à s’isoler

Le réentrainement à l’effort va alors s’appuyer sur toute activité physique d’endurance – et non de performance. Les doses d’activités physiques vont devoir être calées sur ce que la personne fibromyalgique peut endurer. Petit à petit, ces doses vont pouvoir être augmentées et intensifiées.

Pour vous cela sera peut-être :

  • déjà recommencer à marcher : d’abord 5 min, puis 10 min, puis 15 min et ainsi de suite jusqu’à recommencer à pouvoir marcher pour tout ce qui est nécessaire au quotidien : faire ses courses, aller chercher les enfants, se promener tout simplement ;
  • puis pratiquer des activités plus physiques avec un kinésithérapeute ;
  • et enfin lorsque celui-ci vous juge prêt reprendre une activité sportive comme le pilates qui va demander de l’endurance.

Avoir mal pour ne plus avoir mal :

Le but de ce réentrainement à l’effort est d’améliorer la qualité de vie de la personne fibromyalgique au niveau de sa fatigue et de ses douleurs. Alors oui vous sortirez de ces séances fatigué et douloureux. Mais au quotidien vos maux diminueront, vous vous sentirez mieux au fur et à mesure que vous avancerez.

Photo d'une femme âgée qui marche

La marche est une activité intéressante de réentrainement à l’effort pour la personne fibromyalgique

Le tout est de trouver les bonnes activités et les bons dosages pour ne pas s’épuiser physiquement et moralement.

Mon expérience personnelle :

Un peu d’histoire :

J’ai commencé tard à pratiquer un sport. A l’école les cours de sport étaient d’ailleurs ma bête noire. Je souffrais d’asthme, j’étais donc toujours la dernière à être choisie lors de la formation des équipes pour les sports co.

Photo d'une enfant mise à l'écart

Les activités sportives me mettaient souvent à l’écart des autres

Puis petit à petit, j’ai commencé le hand-ball. D’abord en tant que gardien, car c’était le poste qui demandait le moins de souffle et que personne ne voulait faire. Ensuite ce rôle ma plu et j’ai continué jusqu’aux études supérieures.

Par la suite le rythme effréné des premiers boulots a commencé et le sport a disparu. Je faisais à l’époque des métiers un peu physique, le sport ne me semblait donc pas alors une priorité.

J’ai recommencé lorsque je me suis posée dans un métier et une ville plus de quelques mois. Tout naturellement j’ai suivi mes collègues à la salle de sport. Je ne me revoyais pas recommencer le hand-ball, je sentais que cela serait trop physique pour moi à présent. Et j’avais envie de changement.

J’ai essayé 2-3 salles, différents types de cours : gym, CAF (cuisses-habdos-fessiers pour les non initiés), step…

Photo d'une salle de sport

J’ai pratique la gym dans des salles de sport classiques

Des cours classiques dirait-on mais au bout d’un moment j’ai ressenti des difficultés.

Pourquoi le pilates ?

Je m’essoufflais facilement et mon cœur s’emballait même si je pratiquais assez régulièrement. De plus je souffrais de douleurs au dos et aux chevilles.

Alors j’ai alors voulu essayer autre chose. Autant dire que ce que proposaient les clubs de sport n’était pas adapté pour moi. Je m’essoufflais en step, je n’allais pas essayer la zumba.

J’ai alors entendu parler du pilates. Clairement je ne sais plus comment : une connaissance ? un prospectus ? Cela m’avait l’air plus posé, plus calme, pas du tout cardio, donc plus adapté à mon cas.

J’ai donc commencé à pratiquer le pilates alors que je n’avais pas encore développé de fibromyalgie, ou je ne le savais pas encore…

Les premiers cours que j’ai suivi ont été dans une salle de danse avec une professeur de danse spécialement formée au pilates. Et là ce fut une révélation : la focalisation sur la respiration, les mouvements en profondeur (au premier cours on croit que l’on n’a pas travaillé, belle erreur le lendemain…), l’adaptation à mes douleurs…

Femme pratiquant le pilates

J’ai d’abord essayé le pilates dans un club de danse

J’ai fait un bref essai de pilates dans un club sportif avec une amie mais j’ai vite arrêté. Ce fut un échec. Je ne peux pas parler pour tous les clubs mais clairement le professeur que j’ai eu n’avait rien compris à la philosophie du pilates. Je pense que cela n’est d’ailleurs pas adapté à ce type de lieu.

Lors de la séance :

  • nous avons eu de la musique : difficile donc de se concentrer sur sa propre respiration
  • nous avons fait les mouvements très rapidement : pas de travail en profondeur
  • nous avons été peu corrigés et le professeur ne connaissait pas nos « pathologies » particulières : ce que je comprends est plus compliqué pour des cours où les élèves changent sans arrêt

Mon conseil est donc : privilégier toujours les professeurs de danse, ils sont à l’origine de la méthode, ils sont plus formés et plus à même de transmettre.

Pourquoi j’ai arrêté ?

Lorsque j’ai développé la fibromyalgie, au début j’ai continué le pilates. Les symptômes ont commencé petit à petit, à ce moment là cela ne m’handicapait pas.

Puis mon corps a lâché d’un coup. A force de ne pas être écouté il a définitivement pris les rennes et là je n’ai pus été capable de faire quoi que ce soit. Encore moins du pilates.

Après le diagnostic de ma pathologie, et une période de « remontée » je suis revenue au pilates, auprès de la professeur de danse qui me l’avait fait découvrir. Elle a pris en considération ma pathologie et adaptait les mouvements pour moi lors des cours lorsqu’il y en avait besoin. Elle faisait d’ailleurs cela pour toutes les personnes présentes ayant une pathologie.

Photo d'un cours de pilates

Le professeur de pilates que j’avais rencontré dans un club de danse passait beaucoup de temps à nous corriger

A partir de ce moment là, je n’ai pus « évolué » de niveau de cours. Normalement lorsque l’on a pratiqué une année, on n’est plus considéré comme débutant et on passe au niveau au-dessus. Mais avec ma pathologie nous avons considéré que le mieux pour moi était de rester au niveau débutant et effectivement cela m’allait bien.

Lorsque je suis tombée enceinte j’ai voulu continuer. Le pilates est particulièrement adapté pour les femmes enceintes.

Mais dès le premier trimestre, j’étais tellement fatiguée que j’ai dû arrêter.

Je n’ai repris le sport que lorsque mon bébé a eu 1 an. Et à ce moment là j’ai voulu essayer autre chose, avec plus de « lâcher prise » qui me faisait cruellement défaut. J’ai alors essayé le Qi Gong. J’en reparlerai dans un prochain article.

Conclusion :

De mon point de vue le pilates est particulièrement adapté aux personnes fibromyalgiques tant au niveau du rythme, que des parties du corps travaillées et de la façon de travailler.

Ce n’est pas forcément une pratique que l’on peut mener dès après le diagnostic. Un réentrainement à l’effort plus doux sera sans doute nécessaire avant de recouvrer la capacité physique nécessaire à la pratique du pilates.

Et comme toujours choisissez bien votre accompagnant : à l’écoute de votre pathologie et de vos limites.

Si vous aussi vous souhaitez partager votre expérience et aider les autres personnes fibromyalgiques ou en recherche de réponse n’hésitez pas à me contacter via ma page Contact.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire