Hypnose et Fibromyalgie

Je dois dire qu’il y a encore quelques temps je ne me serais pas du tout intéressé à l’hypnose en tant que traitement pour la fibromyalgie. Je suis très cartésienne, même si je le deviens de moins en moins… Et tous les sujets de ce type, méditation – magnétisme – naturopathie… – me semblaient un monde à part et très éloigné du mien.

Et puis j’ai lu quelques articles sur l’hypnose associé à la fibromyalgie. Incitée par mon conjoint à résoudre un problème bien particulier, j’ai consulté et finalement j’y ai trouvé plus de réponses que ce que je le pensais.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Lorsqu’on me parlait d’hypnose, la première chose qui me venait à l’esprit était ce qu’on appelle l’hypnose de spectacle ou de rue réalisée par les hypnotiseurs. Cette hypnose n’a qu’un but récréatif et non pas thérapeutique.

Dessin humoristique d'un hypnotiseur de rue face à un médecin

Non l’hypnose ce n’est pas que cela – crédit photo : Charlotte Martin

Puis en deuxième approche, j’avais entendu parler de l’hypnose afin d’aider dans la perte de poids ou l’arrêt du tabac par exemple. Mais je ne voyais pas comment cela pouvait agir dans le cas de la fibromyalgie.

Liste des domaines de l'hypnose

L’hypnose peut intervenir dans de nombreux domaines, dont la fibromyalgie

Le terme « hypnose » vient du grec « hupnoein » qui signifie endormir. L’hypnose n’est cependant pas un état de sommeil mais un état modifié de conscience, au cours duquel l’individu est entre l’état de veille et de sommeil. Cet état est naturel.

Il existe différents types d’hypnose, différentes terminologies : hypnose traditionnelle, hypnose Ericksonienne, hypnose humaniste…

Pour tous ces types d’hypnose, on s’adressera à un hypnothérapeute qui agira à travers des suggestions plus au moins directes ou indirectes, suivant la méthode, afin de rétablir la communication entre le conscient et l’inconscient.

Dessin présentant une séance d'hypnose pour arrêter de fumer

La séance d’hypnose permet de réconcilier le conscient et l’inconscient – crédit photo : my dodow

Si vous souhaitez plus d’information sur l’hypnose en général je vous conseille de consulter ces sites :

Pourquoi ai-je choisi de tester l’hypnose ?

L’origine de ma fibromyalgie est très ancienne. C’est ce que j’ai pu déterminer grâce à un travail avec une psychologue. Elle remonte à l’enfance et a été entretenue jusqu’à ce que les symptômes les plus importants émergent et me fassent me poser des questions.

Une situation familiale difficile… Qui a façonné ma manière d’agir, mon comportement… Et a induit certains automatismes néfastes pour moi… Je l’ai en partie expliquer dans l’article « Mères toxiques et Fibromyalgie« .

Mais en bref, cela a induit une rupture avec mes parents. Cette coupure a été progressive. Et lorsqu’elle est devenue définitive, j’ai développé une angoisse, même une frayeur importante à l’idée de les revoir.

Jeune femme angoissée se mordant les doigts

La relation avec mes parents était tellement difficile que l’idée de les voir était très angoissante pour moi

Or c’est une évidence que dans le cadre familial nous sommes amenés à voir la famille proche de temps en temps pour les grands événements heureux, du type mariage, ou malheureux, comme les décès.

Et c’est un baptême qui se profilait pour moi. Malgré ma frayeur je ne voulais pas me priver de cet événement, ni de voir des personnes que j’apprécie par crainte de les rencontrer.

Seulement j’avais beau me répéter qu’il y aurait plein de monde, que je n’avais rien à craindre, que je n’avais rien fait de mal… J’angoissais beaucoup et cela ressortait la nuit sous forme de cauchemars.

Mon compagnon voyant ma souffrance m’a suggéré de consulter un hypnothérapeute pour essayer de me préparer à cet événement afin de bien le vivre ou du moins « le moins mal possible », et de stopper ces angoisses.

Jeune femme faisant un signe d'arrêt

Le but pour moi, stopper ces angoisses

Donc me voilà partie en recherche de L’Hypnothérapeute idéal.

Comment choisir son hypnothérapeute ?

La recherche

J’ai consulté plusieurs types d’annuaires sur internet référençant les hypnothérapeutes. A chaque fois je suis tombée sur des séries de noms, différentes d’un site à l’autre, ce qui m’a surpris.

Or cela s’explique par le fait qu’en France la profession d’hypnothérapeute n’est pas réglementée. Vous ne trouverez donc pas d’annuaire exhaustif d’hypnothérapeutes pour votre région.

Il existe de nombreux annuaires recensant des hypnothérapeutes. Ceux-ci sont crées par les organismes de formation à l’hypnothérapie. Et comme il existe plusieurs types d’hypnoses, chacun ayant plusieurs centres agréés de formation, je me suis forcément retrouvé avec des listes non exhaustives de patriciens.

Homme couché sur son bureau, surchargé de papiers

Ma première recherche d’hypnothérapeute s’est soldée par une grande quantité de noms à étudier

Du coup j’ai changé de technique.

La sélection

J’ai effectué une recherche internet en associant plusieurs critères :

  • hypnose : si vous souhaitez une méthode spécifique (Ericksonienne, humaniste…) vous pouvez le préciser ;
  • fibromyalgie : je recherchais un hypnothérapeute qui connaîtrait spécifiquement la fibromyalgie. La plupart des hypnothérapeutes vont évoquer les douleurs chroniques, de plus en plus parlent maintenant spécifiquement de la fibromyalgie ;
  • localisation : je souhaitais trouver un thérapeute qui ne soit pas trop loin de chez moi. Chaque séance a déjà un coût en tant que telle, le but n’est donc pas de rajouter en plus des coûts importants de trajet. De plus il y a de plus en plus de pratiquants, je pense qu’il est assez aisé d’en trouver un compétent pas très loin de chez soi.

J’ai sélectionné quelques noms et je les ai contactés afin de :

  • présenter mon cas ;
  • formuler ma demande ;
  • m’assurer que la personne était bien formée à la pratique de l’hypnose (vous pouvez demander où il a été formé et vérifier sur les sites des organismes) ;
  • me renseigner sur les durées et les coûts des séances.

Afin d’obtenir des noms il peut également être utile :

  • de recourir au bouche à oreille ;
  • de consulter les pages jaunes qui sont assez fournies.

Ensuite, les mêmes vérifications, listées ci-dessus, pourront être effectuées.

Dans mon cas, j’ai effectué la sélection de mon hypnothérapeute après avoir fait ces vérifications et grâce au « feeling » que j’ai ressenti à travers ces premiers échanges.

Comment s’est déroulée la première séance ?

La séance

Le début de la première séance s’est déroulée un peu comme chez la psychologue.

J’ai raconté ce qui m’avait amené à l’hypnose : mon parcours de fibromyalgique et le problème spécifique que je souhaitais régler.

Ensuite nous avons fait un essai de séance d’hypnose « classique » sans se focaliser sur mon problème qui lui demandait une réflexion, un scénario à créer.

Jeune femme en séance d'hypnose avec un pratricien

Une séance avec un hypnothérapeute

Je me suis donc retrouvée allongée sur un fauteuil avec une petite couverture sur les jambes, dans une position super confortable. L’hypnothérapeute s’est assise à côté de moi et a commencé à parler afin de me « faire rentrer en hypnose ».

Tout d’abord j’ai appris à respirer : c’est-à-dire amplement, en inspirant par le nez, tout en gonflant le ventre, et en soufflant par la bouche. Puis ma respiration s’est régulée.

Forcément au début j’ai eu un peu de difficulté « à lâcher ». Mon esprit conscient était là et me rappelait à lui. Puis, petit à petit, j’ai commencé à me sentir légère, limite en état de lévitation.

Photo d'une personne en lévitation

Dans un état de relaxation extrême, j’ai eu même l’impression de léviter légèrement

J’ai été portée par la voix de l’hypnothérapeute qui avait pour moi un ton et un rythme bien particulier. C’est cela, en plus du discours, des mots, qui m’a aidé à rentrer en état d’hypnose.

Le constat après la séance, vais-je y retourner ?

Cette première séance à duré un peu plus d’1h et m’a coûté 60€. J’ai apprécié que l’hypnothérapeute ne soit pas fixé sur un horaire mais ait pris le temps de m’écouter le temps qu’il fallait et de dérouler la séance d’hypnose à mon rythme.

Finalement j’ai bien réussi la séance dans le sens où j’ai pu entrer en état d’hypnose. Lors de cette première séance je n’ai pas ressenti beaucoup d’effet.

Mais ce que j’ai appris par la suite c’est qu’il faut du temps et de la pratique afin de rentrer plus rapidement et plus profondément dans cet état d’hypnose.

Les bienfaits de la séance durant 3 à 4 semaines, un nouveau rendez-vous a été pris pour le mois suivant. Juste avant la rencontre tant redoutée, afin que je sois le plus détendue possible afin de l’endurer.

Photo d'une jeune femme détendue sur son canapé

Les effets de l’hypnose se ressentent plusieurs semaines après une séance

Durant cette période, l’hypnothérapeute m’a conseillé de pratiquer les respirations qu’elle m’avait enseignées afin de prolonger les effets de la séance d’hypnose.

Comment s’est déroulée la deuxième séance ?

Lors de deuxième séance, un script particulier avait été rédigé par l’hypnothérapeute en fonction de mon histoire personnelle et du problème que je souhaitais régler.

La séance s’est déroulée comme la première fois, sans la partie de questions-réponses que nous avions eue au tout début.

Je suis alors rentrée en état d’hypnose, bercée par sa voix. Et je dois dire que l’exercice m’a semblé plus facile. J’en ai d’ailleurs ressenti des effets immédiats, à la fin de la séance, sur des douleurs que j’avais dans le dos.

Nous avons reprogrammé une troisième séance afin de pouvoir pratiquer l’auto-hypnose. En effet, en plus de passer cette épreuve particulière, je voulais retirer d’autres bénéfices des ces séances d’hypnose en ayant la possibilité de m’hypnotiser moi même au besoin.

Pour cette séance, je devais donc essayer d’écrire un script moi même afin que nous le parcourions ensemble et qu’à travers lui je m’auto-hypnotise.

Mais à la sortie de cette deuxième séance, le grand test pour moi allait être la confrontation !

Photo de Sylvester Stallone dans le film Rocky

Le grand test pour ces séances d’hypnose, la confrontation tant redoutée avec mes parents

Quel a été le résultat ?

Tout d’abord, à l’approche de cette date fatidique (je sais j’utilise des termes un peu fort mais c’était une vraie souffrance…), j’ai eu la bonne surprise de ne pas avoir mon esprit focalisé sur cet événement.

Le jour même nous nous sommes dirigés tranquillement vers le lieu du baptême. Je m’attendais à être stressée, anxieuse, à l’affût de la moindre ombre, à chercher les visages dans la foule…

Et pas du tout, j’ai croisé mes parents. Ils ont fait comme s’ils ne me voyaient pas, comme si je n’existais pas. Au final la journée s’est déroulée à peu près de la même façon que ce premier « non-échange », avec très peu de contact.

J’ai pu ainsi profiter de l’événement, des autres personnes présentes, famille et amis. Et leur présence n’a rien changé pour moi au plaisir que j’ai pris lors de cette journée.

Quel soulagement et quelle surprise !

Photo de Sylvester Stallone après sa victoire dans le film Rocky

J’ai combattu et j’ai vaincu mes peurs

J’avais enfin franchi le cap. Et plusieurs mois plus tard, les effets sont toujours là. Je ne fais plus de cauchemars ou de crises d’angoisse.

Comment s’est déroulée la troisième séance ?

Je suis retournée voir l’hypnothérapeute comme prévu. Mais je n’avais pas fait mon travail…

Enfin j’avais essayé mais je n’étais arrivé à rien autant en essayant :

  • de m’auto-hypnotiser : je me suis endormie et mal réveillée…
  • d’écrire le script : mon script était trop court, trop rapide.

J’en suis arrivée à la conclusion avec l’hypnothérapeute que pour l’instant il m’était encore difficile de rentrer en état d’hypnose seule. Et que du coup devoir penser à un script et lâcher prise n’était pas encore possible.

L’hypnothérapeute m’a alors fait faire une séance d’auto-hypnose dont elle avait préparé le script en me disant que c’était moi qui allait m’hypnotiser. Le thème était centré sur la douleur et la fatigue, les deux symptômes de la fibromyalgie m’handicapant le plus.

J’ai enregistré la séance avec le magnétophone de mon téléphone afin de pouvoir me le repasser et m’auto-hypnotiser au besoin.

Photo d'un ancien magnétophone

Enregistrer la séance d’hypnose sur le magnétophone de mon téléphone m’a permis de réutiliser la séance en auto-hypnose

L’hypnothérapeute m’a conseillé de le faire environ une fois par semaine afin de pouvoir en retirer tous les bienfaits.

Et alors l’auto-hypnose est-ce que ça marche ?

Oui

Non je ne vais pas m’arrêter là, ce serait un peu court comme réponse.

La première fois que je l’ai testé je n’étais pas dans de bonnes conditions. J’étais trop fatiguée, du coup je me suis endormie dès le début et je me suis réveillée 2h après vraiment pas bien.

Bon ce mauvais réveil n’était pas la faute de l’hypnose. Et j’ai décidé de récidiver en comprenant – grâce à ce que m’avait dit l’hypnothérapeute lors de la séance précédente – qu’il ne faut pas pratiquer lorsqu’on est très fatigué, le soir avant le coucher par exemple.

J’ai donc refait un essai lors de grosses douleurs. Et là miracle, ça a marché. Mais vraiment marché. J’étais vraiment bloquée et j’avais de grosses douleurs qui irradiaient.

J’ai donc fait une séance d’auto-hypnose grâce à mon téléphone, associée à des massages (fauteuil massant) et à de la médication.

Photo d'une jeune femme se tenant les tempes

Séance d’auto-hypnose

Et je me suis « réveillée » 30 minutes plus tard comme prévu mes douleurs ayant quasiment disparues.

J’ai même dû recontacter mon kinésithérapeute pour annuler la demande de consultation urgente que j’avais faite – convaincue par expérience que cette douleur ne passerait pas toute seule.

Alors oui, j’ai écrit « miracle » car pour moi sur le coup c’est vraiment ce que j’ai ressenti. Mais il est vrai que ce n’est pas l’auto-hypnose seule qui a résolu mon problème. Cependant avec les moyens que j’avais à disposition, avant l’auto-hypnose, je n’aurais pas pu me soulager seule. Donc pour moi c’est une vraie réussite.

Et pourquoi pas une quatrième séance ?

Lors de ma troisième séance avec l’hypnothérapeute, nous avions évoqué la possibilité de programmer une quatrième séance afin de travailler spécifiquement sur les symptômes de la fibromyalgie.

Sur le coup cela ne m’avait pas semblé nécessaire étant donné que le script que nous avions réalisé permettait de soulager fatigue et douleurs. Je ne voyais pas sur quoi d’autre l’hypnose allait pouvoir agir.

Et en consultant divers articles traitant de l’hypnose j’ai découvert que l’hypnose agissait aussi dans le traitement de divers maux :

  • syndrome du côlon irritable ;
  • acouphènes ;
  • migraines ;
  • insomnies ;
  • problèmes de concentration …

Autant de symptômes qui touchent les fibromyalgiques, comme vous avez pu le lire dans mon article « Les 100 symptômes de la Fibromyalgie« .

Alors soyons logique, l’hypnose ne permet pas de tout régler ou tout soigner.

Dessin humoristique mettant en scène une femme avec une flèche dans la tête demandant une séance d'hypnose

Les limites de l’hypnose

En tant que fibromyalgique, l’hypnose ne peut pas et ne doit pas se substituer au suivi médical qu’un médecin généraliste et/ou spécialiste peut nous apporter. Mais mon expérience est que c’est une thérapie alternative qui peut apporter beaucoup de bienfaits pour améliorer les maux du quotidien.

Conclusion :

L’hypnose et l’auto-hypnose sont une vraie bonne découverte que je recommande à tous les fibromyalgiques voulant travailler sur un symptôme / une angoisse particulièrement handicapant ou plus globalement sur la pathologie en elle même.

Cette quatrième séance me fait de l’œil afin de vraiment pouvoir aller plus loin et améliorer encore significativement mon quotidien de façon durable. Je crois que je vais me laisser tenter…

Si vous aussi vous souhaitez partager votre expérience et aider les autres personnes fibromyalgiques ou en recherche de réponse n’hésitez pas à me contacter via ma page Contact.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire